Le cannabis pourrait avoir des effets néfastes sur les articulations arthritiques

Les patients rapportent que le cannabis met l’arthrite en rémission, alors la Société de l’arthrite finance la recherche pour déterminer si c’est vrai.

Il y a de bonnes nouvelles pour les  54 millions de personnes  souffrant d’arthrite: une  étude  commandée par la Société de l’arthrite étudie les moyens de développer des thérapies révolutionnaires utilisant du cannabis à des fins médicales.

Le chercheur canadien, le Dr Jason McDougall, a reçu une subvention de fonctionnement stratégique de l’organisation pour mener à bien une étude de trois ans sur la capacité du cannabis à réparer efficacement les articulations arthritiques. McDougall est professeur de pharmacologie et d’anesthésie à l’Université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et l’un des plus importants chercheurs sur la douleur dans le monde.

L’étude a pour objectif de déterminer si les médicaments à base de cannabis font plus que soulager la douleur causée par l’arthrite – et si elle pouvait réellement inverser les dégâts? Il s’agit de la première recherche financée par l’organisation à s’intéresser directement aux thérapies dérivées du cannabis médical.

«Les personnes atteintes de douleur arthritique recherchent des solutions pour améliorer leur qualité de vie», a déclaré Janet Yale, présidente et chef de la direction de la Société de l’arthrite. «Nous avons besoin de recherches pour aider à répondre aux nombreuses questions importantes concernant le cannabis médical et son utilisation. Notre objectif est de donner aux Canadiens la possibilité de choisir en connaissance de cause leurs options de traitement et de donner aux médecins des lignes directrices fondées sur des données probantes leur permettant de recommander des traitements à leurs patients. Ce projet est une étape importante pour atteindre ces objectifs. “

Les recherches s’appuient sur  des travaux antérieurs  de scientifiques chinois qui ont découvert que non seulement les articulations arthritiques contiennent des concentrations extrêmement élevées de récepteurs CB2, mais que ces sites suggèrent également une voie de traitement.

Qu’est-ce qu’un récepteur CB2? En termes simples, CB2 est une molécule dans la paroi cellulaire qui sert de porte d’entrée aux cannabinoïdes. C’est le moyen utilisé par la cellule pour repérer les particules utiles qui la traversent au cours du fonctionnement quotidien du corps.

Alors que le corps produit ses propres endocannabinoïdes capables de s’attacher et de travailler sur une cellule par le biais des récepteurs CB2, les médicaments à base de cannabis ont également la capacité de franchir la même porte. Les chercheurs pensent que cela pourrait expliquer l’efficacité du cannabis dans le traitement de maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde.

L’idée est la suivante: si le médicament à base de cannabis peut utiliser les récepteurs CB2 pour se déplacer à l’intérieur des cellules et influer directement sur le déclenchement des signaux de douleur dans les articulations, le médicament peut-il également réparer les lésions articulaires alors qu’il est présent?

Il y a de nombreuses raisons de le penser.

Une étude  publiée dans la revue  Philosophical Transactions de la Royal Society B a révélé que le système endocannabinoïde de l’organisme libère des antioxydants qui aident à réparer les cellules endommagées lorsqu’il est déclenché par des cannabinoïdes extérieurs.

De plus,  des preuves anecdotiques , telles que l’histoire d’une femme du Maine dont l’utilisation de smoothies au cannabis avait tellement soulagé que ses symptômes de polyarthrite rhumatoïde étaient en rémission, apportent d’autres justifications qui incitent à la réflexion pour approfondir les possibilités de traitement du cannabis.

De plus, les entreprises prennent le train en marche. Sociétés de cannabis médical du Canada  Aphria, Inc . et le  projet Peace Naturals  ont chacun annoncé une contribution de 100 000 dollars à la Société de l’arthrite afin de payer la facture des recherches du Dr McDougall. Lorsque le marché est optimiste à l’égard des nouvelles recherches, c’est un bon signe pour les victimes.

La réalité est que les récepteurs aux cannabinoïdes jouent un rôle crucial dans la régulation du système immunitaire du corps. Ce qui n’est pas clair, c’est comment ils fonctionnent. D’un point de vue strictement biologique, les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde et les maladies chroniques telles que l’arthrose n’ont pas beaucoup de sens. Pourquoi le corps s’attaquerait-il ou serait-il incapable de réparer ces fonctions cruciales, comme la dextérité articulaire? La découverte de récepteurs aux cannabinoïdes sur les sites inflammatoires peut apporter une réponse.

Grâce à une  multitude de travaux antérieurs  dans ce domaine, l’équipe de McDougall sait déjà que les médicaments à base de cannabis agissent directement sur les sites CB2 et suppriment l’inflammation et la douleur en médiant les réponses immunitaires sur les sites d’inflammation. Cela suggère que le corps cherche des molécules pour l’aider à reconstruire ses éléments vitaux.

La prochaine étape consistera à déterminer si les modifications apportées au médicament génèrent des réactions différentes dans le corps. Si les chercheurs pouvaient découvrir de nouvelles façons d’accepter ou d’utiliser des médicaments par les récepteurs de cannabinoïdes, cela pourrait ouvrir une fenêtre sur les possibilités de traitement. Une grande partie de nos connaissances actuelles se situe dans la sphère théorique, la plupart des médecins et des patients étant simplement reconnaissants pour un traitement efficace de la douleur – qu’il soit compris ou non, il s’agit d’une préoccupation secondaire.

Cependant, à mesure que notre connaissance du système endocannabinoïde de l’organisme grandit et que nous étudions de plus près les moyens par lesquels les médicaments à base de cannabis réduisent l’inflammation et affectent les nerfs, nous allons probablement découvrir de nouvelles méthodes de traitement – et des moyens possibles d’inverser la tendance à long terme. dommages articulaires durables de l’arthrite. Les recherches de McDougall ne sont pas encore terminées, mais les résultats sont attendus sous peu.

Advertisement
Advertisement
⬇⬇Abonnez-vous à la chaîne Youtube⬇⬇ ➡



Pour ceux qui ne comprennent pas la fibromyalgie n'ignorez pas ces symptômes mortels de la fibromyalgie La costochondrite, cause de douleurs thoraciques chez les patients atteints de fibromyalgie Le mystère de la fibromyalgie est enfin résolu! II Fibromyalgie La fatigue liée à la fibromyalgie est plus que la simple fatigue

Leave a Reply

Your email address will not be published.