C’est pourquoi je me maquille toujours, même lorsque je souffre de fatigue.

Je me maquille depuis l’âge de 11 ans, j’apprends à appliquer de l’eye-liner liquide (faux !) dans des magazines, à utiliser du fard à paupières rose et à comparer les rouges à lèvres à ceux de ma grand-mère. Adolescente, je ne sortais jamais sans un maquillage complet. Pour moi, cela signifiait fond de teint, correcteur, poudre, eye-liner, mascara et rien d’autre.

Depuis que j’ai développé la fibromyalgie, j’ai parfois surmonté la fatigue en essayant de me traîner hors du lit le matin. Alors pourquoi est-ce que je prends encore le temps de me maquiller ? J’aimerais certainement profiter de 20 minutes supplémentaires au lit et me mettre nu ?

En fait, ma relation avec le maquillage est un sujet complexe. En tant que féministe, je pense que personne ne devrait se sentir obligé   de se   maquiller. Les femmes ne devraient pas avoir à souscrire aux idéaux de beauté de la société. Mais je me maquille toujours presque quotidiennement, passant environ 20 minutes chaque matin à me préparer. Une façon d’expliquer cela est que se préparer fait partie de ma routine matinale. Ceux d’entre nous qui souffrent d’une maladie chronique savent à quel point une routine peut être importante. Mon médecin insiste toujours sur l’importance de se lever à la même heure tous les jours, y compris le week-end (ce que je ne fais pas toujours !), ainsi que d’avoir une routine saine.

Je me lève, je vais aux toilettes, je me nettoie le visage, je me maquille, je m’habille, je me coiffe, puis je prends mon petit-déjeuner et je pars au travail. C’est un régime régulier et confortable qui, s’il est interrompu, pourrait être complètement éliminé. J’ai aussi un trouble obsessionnel compulsif (TOC), qui se caractérise par des habitudes obsessionnelles, mais qui ne se limitent pas à ce que les médias décrivent habituellement – se laver les mains, s’organiser, éviter les germes. Cela soulage mon TOC d’avoir une routine, de faire les choses dans un ordre défini. Ce n’est pas logique, mais c’est devenu une habitude et la routine n’est pas nocive.

Le maquillage Ça m’aide aussi à mettre un masque, comme on dit. « Vous n’avez pas l’air malade » est une phrase que nous avons tous entendue, ceux d’entre nous souffrant de maladies invisibles, et à laquelle je suis heureux de souscrire. Je ne   veux pas   avoir l’air malade. Je veux voir “normal” (quoi que ce soit). Je veux être à mon meilleur et cela, pour moi, inclut le maquillage. Parfois, je saute le maquillage des yeux – parfois, j’ai teint mes cils pour pouvoir renoncer complètement au mascara ! – et n’y consacrer que quelques minutes, surtout si j’ai mal dormi la nuit précédente, ou si je souffre beaucoup. Je suis d’avis que la façon dont je me maquille m’appartient entièrement et que le choix de porter ou non m’appartient également.

Mes habitudes de maquillage ont évolué avec l’âge. J’ai trouvé de meilleurs produits – et j’ai plus d’argent à dépenser que lorsque j’étais adolescent ! – et de meilleures méthodes d’application. Je ne jure que par de véritables techniques d’éponge miracle pour appliquer le fond de teint, et je lave en fait les pinceaux ! Mon style a évolué, j’opte désormais pour un look plus naturel, « sans maquillage », plus dramatique. J’envie les femmes (et les hommes) qui sont si douées pour le maquillage qu’elles peuvent dessiner sur leurs paupières. C’est un travail impressionnant. Comment j’aime me maquiller. J’adore essayer de nouveaux rouges à lèvres, développer mes compétences – mais je   ne peux  toujours pas faire d’eye-liner ailé, peu importe à quel point je m’entraîne.

L’année dernière, il a épousé ma meilleure amie. Nous n’avions pas beaucoup d’argent, alors nous avons décidé d’organiser une très petite cérémonie, avec seulement nos amis les plus proches et notre famille. J’ai acheté une robe chez Tesco pour 30 £, j’avais les cheveux crépus et j’ai décidé de me maquiller moi-même. Le fait que j’avais commencé l’amitriptyline quelques mois plus tôt et que j’étais déterminé à « aller mieux » pour moi, cela signifiait faire plus de choses que j’aime. – y compris le maquillage J’ai étudié la coiffure et la beauté à l’université, mais j’ai décidé de poursuivre le droit à la place. Parfois, j’aimerais avoir (d’une manière ou d’une autre) étudié les deux et envisager de suivre un cours à un moment donné dans le futur. J’ai passé beaucoup de temps sur YouTube, à regarder ces personnes talentueuses créer des looks incroyables et à faire de mon mieux pour reproduire ce que j’ai appris. Le résultat était plutôt bon, si je le dis moi-même,

Bien que je soutiens et encourage les femmes à être elles-mêmes et à ne pas se maquiller si elles ne le souhaitent pas, je soutiens également celles d’entre nous qui veulent le porter, l’utiliser comme un bouclier et un moyen de se sentir plus prêt à affronter le monde. Vivre avec une maladie chronique est déjà assez difficile, mais personne n’a dit qu’il fallait passer par là sans porter de rouge à lèvres.

Leave a Comment